Divertissement Cinéma

Son film Sarah préfère la course projeté à Prévost

La réalisatrice Chloé Robichaud appuie le Festival du cinéma d’ici 0

Par Jean-Patrice Desjardins

PRÉVOST - 

Avec 10 films et 16 événements dédiés principalement au cinéma québécois, la première édition du Festival du cinéma d’ici à Prévost frappe un grand coup avec la projection du film Sarah préfère la course en présence de la réalisatrice Chloé Robichaud.

Du 6 au 8 septembre prochain, ce premier Festival du cinéma d’ici est en quelque sorte une célébration des 20 ans du Ciné-Club de Prévost. Pendant trois jours, à la salle Saint-François-Xavier, sous un chapiteau et à l’école Val-des-Monts, le public pourra visionner des films, toujours en présence de leurs artisans, en plus de participer à une discussion après la projection. Des ateliers liés au cinéma sont également au programme, de même qu’une table ronde avec des cinéastes et des gens du Bureau du cinéma des Laurentides.

Si le Ciné-Club se consacra principalement au documentaire, une large place est laissée au cinéma de fiction québécois pour ce festival qui dévoilera sa programmation le vendredi 9 août.

« Nous espérons que des amateurs de cinéma de Montréal viendront à Prévost, question aussi de faire connaître la région », explique Julie Corbeil de l’organisation du festival.

Un cocktail de lancement précédera la projection du film Sarah préfère la course, film ovationné à Cannes en 2013. Les courts-métrages écrits et réalisés par Chloé Robichaud ont été sélectionnés au Festival des films du monde à Montréal, aux Rendez-vous du cinéma québécois et au Festival du nouveau cinéma à Montréal.

Une chance de voir le film

Le film Sarah préfère la course a été projeté dans 18 salles du Québec, cet été : « Le film sortira en DVD, mais il n’y a rien comme de le regarder dans une salle. Et de recevoir les commentaires directs des gens après une projection, c’est précieux. Beaucoup de jeunes femmes me disent comment elles ont été touchées par le personnage de mon film », explique Chloé Robichaud, qui a vite accepté d’être porte-parole du festival.

« J’ai trouvé que c’était une belle idée. Pour leur première année, il est important de les encourager et surtout de promouvoir notre cinéma à travers la province », ajoute la réalisatrice.

« On se rend compte que, même si un film a du succès au plan international, il reste très peu longtemps en salle au Québec. Avec ce festival, les cinéphiles auront droit à un blitz de cinéma québécois », poursuit Julie Corbeil.

 

Commentaires des lecteurs »

En ajoutant un commentaire sur le site, vous acceptez nos termes et conditions et nos nétiquettes.